Cinq filles, trois cadavres mais plus de volant – Andréa H. Japp

Andrea_Japp-5_filles_3cadavres_mais_plus_de_volantLe titre est intriguant, la couverture sympa et le résumé m’a plu… Vous me suivez pour une petite incursion au rayon « chick lit » ?

Voici le résumé de la 4ème de couverture : Cinq copines partagent depuis toujours leurs déboires professionnels et sentimentaux : Emma la blonde pulpeuse en mal d’enfant, Nathalie la mère au foyer qui vient de se faire plaquer, Hélène la tête chercheuse qui a fait de son absence de diplomatie une arme redoutable, Charlotte la psy qui finit toujours par coucher avec le plus gratiné de ses patients, et enfin Juliette, l’esthéticienne qui dorlote une clientèle masculine triée sur le volet. Le jour où Charlotte découvre un cadavre enchaîné au volant de sa voiture, elle panique et appelle immédiatement ses amies à la rescousse.

Alors oui, c’est une histoire de filles pour filles. De la « chick lit » donc mais sur fond de polar, le tout saupoudré d’humour. Un mélange réussi qui se lit vite.

C’est à Paris que l’on retrouve nos 5 filles et le 1er cadavre qui va chambouler leurs vies. Évidemment c’est rocambolesque, nos 5 héroïnes sont tout sauf préparées à la découverte d’un cadavre. Mais c’est ce qui fait la fraîcheur du roman, ici point de noirceur. L’amitié est un thème fort de ce roman. Ensemble, ces 5 filles ne se laissent pas abattre !  Elles prennent les problèmes (de cœur ou de cadavre) à bras le corps et organisent des réunions de crise qui valent le détour. Et surtout, elles nous font sourire. Ce n’est pas l’intrigue policière la plus palpitante qui soit mais les péripéties vécues par ces 5 femmes permettent de passer un agréable moment de détente. Le côté enquête décalée fait penser à Stephanie Plum, la chasseuse de Prime de Janet Evanovich et la fraîcheur, aux romans de Gilles Legardinier (mais si, ceux avec les chats sur les couvertures).

L’auteur, Andrea Japp (que je ne connaissais pas) est française, d’où la localisation parisienne de cette aventure sans doute. C’est un auteur prolifique qui a écrit de nombreux romans policiers, historiques ou non, et sa formation scientifique a contribué à faire d’elle la traductrice des romans de Patricia Cornwell. Et il semblerait que l’auteur, adepte de romans en séries, se soit attachée à Charlotte, Emma, Nathalie, Hélène et Juliette. Elles vont vivre de nouvelles péripéties dans « Les cadavres n’ont pas froid aux yeux » et « Un cadavre peut en cacher un autre ». Affaire à suivre !

352 pages, Ed : Marabout, 2010

Publicités

6 réflexions sur “Cinq filles, trois cadavres mais plus de volant – Andréa H. Japp

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s