Le noeud de la sorcière – Deborah Harkness

Aprèdeborah_harkness-le_noeud_de_la_sorcieres « L’école de la nuit », voici « Le nœud de la sorcière », le dernier tome de la saga du « Livre perdu des sortilèges ».

Je commence par un extrait de la 4ème de couverture pour vous donner un avant goût de ce que l’auteur nous réserve. « De vieux châteaux en laboratoires universitaires, s’appuyant sur des savoirs séculaires aussi bien que sur les sciences modernes, depuis les collines de l’Auvergne jusqu’aux palais vénitiens, Diana et Matthew, décidés à protéger leur amour défendu coûte que coûte, finiront par découvrir le secret extraordinaire que les sorcières ont percé voilà des siècles et des siècles. »

Ce tome clôture en beauté la trilogie. J’ai retrouvé l’action et le suspense qu’il y avait dans le 1er tome. Ce dernier tome me pousse également à revoir ma position sur le 2ème que j’avais trouvé creux. En fait, il préparait très bien la suite ! Des personnages rencontrés lors de leur voyage au XVIè siècle et que je ne pensais pas retrouver sont réapparus. Hé oui, je n’avais pas anticipé que, même s’ils n’apparaissaient pas dans le 1er tome, ils pouvaient être toujours vivants. Ils ont la vie longue ces vampires… En plus de ces « fantômes » du passé, j’ai retrouvé avec grand plaisir, Ysabeau, Marcus, Sarah, Miriam et les autres. Le succès de cette trilogie repose en grande partie sur ses personnages attachants et sur la relation Diana-Matthew. La quête de l’Ashmole 782 reste le fil rouge du livre mais ce tome-ci développe de nouvelles intrigues. (Si vous n’avez pas encore lu le tome 2 arrêtez-vous ici, spoil en vue !).

Matthew et Diana se découvrent un nouvel ennemi particulièrement retors, des tensions internes émergent dans le clan Clermont et la menace de la congrégation qui  pèse sur Matthew et Diana devient plus pressante puisque la grossesse de Diana progresse et ne peut plus être dissimulée. C’est donc un récit complet et pas « juste une fin ». N’ayant pas encore retrouvé l’Ashmole 782 et ses pages manquantes, ils abordent la question de « la nature » de leurs futurs enfants (et des créatures au sens large) du point de vue de la science moderne. Ayant un bagage scientifique, j’ai beaucoup apprécié ces passages dans les labos, les notions scientifiques abordées et l’idée que des esprits plus jeunes peuvent avoir un regard neuf sur le problème. Ce livre apporte donc de nouveaux  éléments qui viennent compléter notre compréhension des créatures, de la congrégation, de la fureur sanguinaire, …. S’il y a un petit bémol à trouver, je dirais qu’au début du livre j’ai eu peur que la quête de l’Ashmole tire encore en longueur comme dans le tome 2. De nombreux concours de circonstances ont forcé Matthew et Diana à déménager plusieurs fois (ce qui à la longue devient lassant) les empêchant de chercher le livre. Mais je vous rassure ce n’était qu’une crainte tout repart sur de bonnes bases ensuite.

Ce livre étant quand même le dernier d’une trilogie, un petit mot sur la fin. Je l’ai trouvée bien amenée et pas trop abrupte. De nombreuses réponses ont été apportées aux intrigues existantes, selon moi il n’y a rien d’inachevé et on abandonne en douceur nos héros. Je leur souhaite un futur un peu plus paisible et je les ai quittés sans trop de regrets.

576 pages, Ed.Orbit, Trad. Pascal Loubet, 2014.

Publicités

4 réflexions sur “Le noeud de la sorcière – Deborah Harkness

    1. Bien que je l’aie finie il y a quelques mois, j’en ai toujours un très bon souvenir. Je te la conseille donc toujours, je pense que tu ne seras pas déçue du voyage. :)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s