Les larmes de la girafe – Alexander Mc Call Smith

les_larmes_de_la_giraphe_Mc_Call_SmithAprès avoir lu Mma Ramotswe Détective, je n’étais pas parvenue à décider si oui ou non cette série valait la peine que je la poursuive. Pour trancher, j’ai entamé la lecture du 2ème tome des aventures de cette femme détective au Botswana, Les larmes de la girafe, et j’ai bien fait…

Le premier tome, Mma Ramotswe Détective m’avait paru prometteur du point de vue des personnages, du cadre africain et des enquêtes mais il comportait une grande part de mise en place. Dans ce deuxième tome, les incessants retours dans le passé de notre héroïne sont finis. Le récit est beaucoup plus ancré dans le présent et navigue entre l’agence de Mma Ramotswe et sa vie personnelle. L’équilibre entre ces 2 aspects est plutôt réussi et à l’inverse du premier tome, je n’ai pas souffert des longueurs de certains passages. J’ai même pris plaisir à suivre les développements de la vie personnelle de Mma Ramostwe : notre héroïne et son univers s’étoffent et de nouveaux personnages apparaissent. Le récit s’articule à nouveau autour de plusieurs enquêtes mais, cette fois-ci, l’une d’elle sert de fil conducteur au récit. Cette construction a également contribué à faire que ce deuxième tome m’a bien plus convaincue que le 1er.

En conclusion, même si le rythme du récit reste posé, (il faut s’adapter au climat local), ce livre m’a donné envie de retourner de en temps au Botswana suivre les aventures de Mma Ramotswe. Je pense que quand l’hiver sera bien installé, le soleil de plomb de l’Afrique me fera du bien. Rien que grâce au graphisme de la couverture que je trouve très réussi, on s’évade. Par contre, ça pêche du côté de la 4ème de couverture : le résumé en dévoile beaucoup trop, donc méfiance.

Finalement, j’ai bien fait de réserver mon jugement jusqu’à la lecture du 2ème tome et je vais poursuivre cette série. Je vous la conseille si vous cherchez des histoires de détective qui sortent des sentiers battus, des histoires avec une héroïne féminine hors du commun et bien sûr si vous avez envie de dépaysement. Le cadre africain est très plaisant avec son mode de vie, ses coutumes, sa faune et sa flore.

240 pages, Ed. 10/18, Trad. E. Kern, 2010.

Publicités

2 réflexions sur “Les larmes de la girafe – Alexander Mc Call Smith

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s