L’assasin habite au 21 – S. A. Steeman

L'assasin_habite_au_21-S_A_SteemanC’est en flânant chez un bouquiniste à Bruxelles, que je suis tombée sur ce classique de la littérature belge datant de 1939. Il fut adapté 3 ans plus tard au cinéma et il se lit toujours très bien en 2015 !

Commençons par une petite mise en place de l’intrigue. Un tueur en série est en train de sévir à Londres. Il perpètre ses crimes masqué par le célèbre fog anglais et signe ceux-ci d’une carte de visite au nom de Mr Smith. Scotland Yard est sur les dents mais les victimes s’accumulent. Les inspecteurs piétinent et les Smith de Londres font profils bas jusqu’à ce qu’une piste providentielle tombe : l’assassin habite Russel square, au n°21. Pour autant, l’affaire n’est pas réglée car le 21 est une pension, tenue par Mrs Hobson.

Vous l’aurez deviné, vous allez devoir affuter vos neurones pour démasquer quel habitant du 21 est le coupable ! La construction du récit est assez classique et nous fait suivre l’enquête menée par les inspecteurs de Scotland Yard. L’ambiance Londonienne est très réussie avec pour nous, vu l’âge du livre, un petit côté rétro assez plaisant. Nous sommes immergés dans le brouillard de la ville où résonnent les coups de sifflets des « Bobbies ». Malgré les moins de 200 pages du récit, l’intrigue est diablement efficace. L’ambiance à la pension va devenir de plus en plus tendue au fil des différents interrogatoires du Yard et de l’amenuisement de la liste des suspects.

Avis aux amateurs d’énigme : l’auteur joue le jeu ! Il nous donne tous les éléments pour dénouer l’intrigue. Plus nous progressons dans notre lecture, plus nous cogitons, cherchons des indices, suspectons, déduisons ou au contraire, nous interrogeons… Quelques pages avant la fin, l’auteur s’adresse même à nous et nous informe qu’un des personnages est sur le point de dénouer l’affaire et il en profite pour nous demander si nous, nous y sommes parvenus. A la fin de ce chapitre et avant le dénouement final, il remet le couvert en nous demandant si nous avons compris ce que ce personnage vient de réaliser et nous nargue en disant que nous avons même eu plus d’informations que ce dernier ! Alors, serez-vous assez retors pour démêler l’intrigue ?

Sans surprise, je vous recommande donc ce polar. J’ai pris grand plaisir à lire et je le conseille à tous les amateurs du genre qui aiment se creuser les méninges. La solution de l’énigme est élégante, l’écriture agréable et c’est un roman policier plus basé sur l’intelligence que sur la violence.

Je termine par un petite mot sur l’auteur. S.A. Steeman (1908-1970) est un contemporain d’Agatha Christie (1890-1976), de Léo Mallet (1909-1996), le papa de Nestor Burma et de Georges Simenon (1903-1989) le papa du Commissaire Maigret. Simenon étant également belge, il est probable que, de nos jours, sa renommée fasse  de l’ombre à Mr Steeman. Pourtant, il gagne à être connu et je pense m’intéresser à l’occasion à ses autres romans.

186 pages, Ed. Le Livre de Poche, 1986.

Publicités

2 réflexions sur “L’assasin habite au 21 – S. A. Steeman

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s