Un cadavre peut en cacher un autre – Andréa Japp

Un_cadavre_peut_en_cacher_un_autre-Andrea_JappToujours envie de lecture légère et facile et hop c’est parti pour « Un cadavre peut en cacher un autre », un polar girly de Andréa Japp. Il remet en scène les héroïnes que j’ai croisées dans les très sympas « 5 filles, 3 cadavres mais plus de volant » et « les cadavres n’ont pas froid aux yeux » mais ces romans peuvent également se lire indépendamment les uns des autres.

Notre bande de copines parisiennes a le chic pour attirer les ennuis et va à nouveau croiser la route d’un cadavre. Après celui dans la voiture de la psy Charlotte et celui dans le labo de recherche d’Hélène, cette fois-ci, c’est dans l’institut d’esthétique pour clientèle masculine aisée où travaille Juliette que se fera la découverte. Fidèles à leurs habitudes, elles vont se serrer les coudes et tenter de démêler cette affaire. Hélène et Charlotte qui sont déjà passées par là mais aussi la sage Nathalie, ex femme au foyer, Emma, qui gère un service de Limousine et sait se défendre et la fleuriste Marie-Hortance-Dominique de la Theullade, (MHD pour ses copines) vont mettre leurs compétences à contribution.

J’ai retrouvé avec plaisir nos héroïnes, toujours aussi attachantes. Elles se vouent une amitié indéfectible et une confiance sans faille mais sont également promptes à partir sur le sentier de la guerre si nécessaire. Par contre, j’ai trouvé que l’intrigue était un peu longue à démarrer, peut-être est-ce parce que j’étais fatiguée et que j’avais du mal à lire plus que quelques pages d’affiler. De plus, j’ai trouvé l’équilibre enquête/vie des héroïnes un peu moins réussi que dans les tomes précédents. J’ai du mal à dire si les péripéties de nos amies prenaient trop d’ampleur par rapport à l’avancée de l’enquête ou si c’est la construction de l’énigme qui m’a moins convaincue. En tout cas, j’ai eu le sentiment que tout se débloquait en une fois alors que la mise en place de l’intrigue m’avait parue laborieuse. Malgré tout, la fraîcheur du ton est toujours bien présente et les titres des chapitres l’illustrent bien. Ils sont longs mais toujours bien trouvés : le 1er est « prémices de désastres sur petit lit de verdure », tout un programme, et un autre qui m’a bien plu, « selon un étude américaine sérieuse et récente, une femme consacre en moyenne deux ans de sa vie à farfouiller dans son sac à main ». Le côté léger et décalé est toujours au rendez-vous et le tout nous fait sourire.

Bref, une lecture détente rafraîchissante, à recommander plus pour son côté humour et chick litt que pour l’enquête en elle-même.

320 pages, Ed. Marabout, 2013.

Publicités

2 réflexions sur “Un cadavre peut en cacher un autre – Andréa Japp

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s