Les douze travaux de Stéphanie – Janet Evanovich

les_12_travaux_de_Stéphanie-Janet_EvanovichEnvie de lecture détente et c’est parti pour le 12ème tome des aventures de Stéphanie Plum, chasseuse de Prime plutôt calamiteuse.

Si vos lectures ne vous ont pas encore conduite à cette saga où si n’en êtes pas encore au tome 12, mon avis sur le tomes 10 où je présente aussi la saga, et celui sur le tome 11 sont ici : Dix de retrouvés et Comme onze comprend.

Dans ce nouvel épisode, les rôles sont inversés ! Stéphanie n’est plus en position de traqueuse mais se retrouve à la place du gibier ! Une mystérieuse femme tombée du ciel et se présentant comme la femme du ténébreux Ranger en a après elle. Lorsqu’en plus la fille de ce dernier se fait enlever, l’univers de Stéphanie part en vrille. De ses propres dire, habituellement sa relation avec le beau Flic Joe Morelli est la dose de folie dans sa vie. Ces temps-ci, sa vie est devenue tellement chaotique que cette relation a l’air d’être la partie stable de sa vie ! Pourtant, Stéphanie veut aider Ranger à retrouver sa fille mais cette aide sera-t-elle purement professionnelle ? Stéphanie saura-t-elle résister à un Ranger en pleine détresse émotionnelle ?

Vous l’aurez compris, nous replongeons en plein dans le triangle amoureux Joe – Stéphanie – Ranger. Je l’ai d’ailleurs trouvé fort présent dans l’histoire qui navigue entre quelques arrestations de DDC (défauts de comparution) pour faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’agence et dans les poches de Stéphanie et l’enquête sur la disparition de la fille de Ranger. J’ai à nouveau le même sentiment que lors de ma lecture du tome 10 : une enquête moyenne et ce triangle amoureux qui tire vraiment en longueur. Heureusement, le récit a gardé sa dose de folie habituelle. Mamie Mazure et Lula ont décidé de rejoindre Sally dans son groupe ! Vous connaissez les « Who » et bien eux ce seront les « What » et leurs costumes de scènes valent le détour. Les tentatives d’arrestation d’une tenancière de sex-shop sont également épiques.

Bref, j’ai passé un bon moment de lecture détente même si ce n’est pas l’enquête la plus captivante que j’ai lue. La traduction du titre « Twelve sharp » en « les 12 travaux de Stéphanie » ne m’emballe pas. Si quelqu’un a une explication du titre à me fournir au vu du contenu du livre, je prend. De même, la forte dose de triangle amoureux de ce tome appel un dénouement ! J’espère qu’on ne sera pas encore baladé de la sorte jusqu’au tome 22, le dernier paru en anglais sinon je finirai par lâcher l’affaire. D’ici là, je risque malgré tout de me laisser tenter par la suite car les tomes 13 et 14, Une affaire treize explosive et Chercher midi a quatorze heures, sont annoncés pour le mois de mai. Si on garde le rythme de 3 livres par an, notre retard sur la version originale sera vite rattrapé !

Mon envie de nouveauté pourrait me faire me tourner vers la nouvelle saga co-écrite par Mme Evanovich et Mr Goldberg dont le 1er tome, « le casse », vient de paraître en français. La saga en est déjà à son 5ème tome en anglais et met en scène une femme agent spécial du FBI et un ancien escroc qui s’est mis au service du FBI. Décidément les génies du marketing sont prêts à tout, un prologue intitulé « la pro et l’escroc » étant même disponible gratuitement. A suivre…

320 pages, Ed. Pocket, Trad. N. Ancion, A. Demoulin, 2015

Publicités

7 réflexions sur “Les douze travaux de Stéphanie – Janet Evanovich

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s