La carrière du mal – Robert Galbraith

La_carrière_du_mal-Cormoran-Strike-Robert-Galbraith2Mon envie de polar a cette fois-ci coïncidé avec la sortie récente du dernier tome des aventures de Cormoran Strike, le détective londonien imaginé par J.K. Rowling sous son nom de plume Robert Galbraith. La 4ème de couverture nous propose un pitch intéressant et annonce que c’est la meilleure des 3 enquêtes ! Verdict ? C’est du tout bon !

J’ai lu les 2 précédentes enquêtes de Cormoran Strike : « L’appel du coucou » et « Le ver à Soie ». Je ne les ai pas chroniquées, par contre, mon amie Marie l’a fait et ses posts sont ici et ici. J’ai gardé un souvenir assez précis de la première enquête, j’ai beaucoup apprécié son intrigue, ses personnages et sa construction. L’univers complexe, torturé et glauque dans lequel nous plongeait la deuxième m’avait beaucoup moins plu, même si j’étais ravie de retrouver notre duo. Si vous n’avez pas encore fait connaissance avec les personnages de Cormoran et de Robin, son assistante, je vous conseille de lire les livres dans l’ordre car nos héros évoluent beaucoup.

Pour ma part, j’espérais retrouver à la lecture de ce 3ème tome mon enthousiasme du 1er et j’ai trouvé la lecture de la 4ème de couverture prometteuse :
Lorsque Robin Ellacott reçoit ce jour-là un mystérieux colis, elle est loin de se douter de la vision d’horreur qui l’attend : la jambe tranchée d’une femme. Son patron, le détective privé Cormoran Strike, est moins surpris qu’elle, mais tout aussi inquiet. Qui est l’expéditeur de ce paquet macabre ? Quatre noms viennent aussitôt à l’esprit de Strike, surgis de son propre passé. Quatre individus capables les uns comme les autres, il le sait, des plus violentes atrocités. Les enquêteurs de la police en charge du dossier ne tardent pas à choisir leur suspect idéal – mais Strike, persuadé qu’ils font fausse route, décide de prendre lui-même les choses en main. Avec l’aide de Robin, il plonge dans le monde pervers et ténébreux des trois autres coupables potentiels. Mais le temps leur est compté, car de nouveaux crimes font bientôt surface, toujours plus terrifiants…
La Carrière du Mal est le troisième volet des aventures du détective Cormoran Strike et de son assistante Robin Ellacott. Intrigue diabolique, coups de théâtre en rafale – ce roman haletant est aussi l’histoire d’un homme et d’une femme arrivés à la croisée des chemins, pour qui l’heure du choix, dans leur vie privée comme professionnelle, a sonné.

Arg… Cette dernière petite phrase sur la croisée des chemins a attisé ma curiosité. Je trouvais aussi l’idée d’une enquête focalisée sur 4 suspects prometteuse et innovante. Bref, j’ai craqué et dès les premières lignes, j’ai été happée par cette enquête. J’ai beaucoup apprécié suivre à la fois les différentes pistes de l’enquête et le quotidien de nos enquêteurs. Je me suis attachées à ces deux personnages et l’écriture du roman me donne le sentiment d’enquêter à leurs côté. Petit à petit on récolte des indices, les éléments se mettent en place et les informations sur les suspects s’affinent. Bien qu’il y ait plusieurs suspects, le fil rouge de l’enquête se suit très bien. Nous naviguons donc sans nous égarer dans cette enquête dense (dans le bon sens du terme) et riche, admirablement portée par un suspense présent tant dans l’identification du meurtrier qui a envoyé une jambe à Robin que dans certains aspects de sa vie privée. Pour ne rien gâcher, le dénouement de l’enquête est à la hauteur de la construction du livre : surprenant tout en s’emboitant avec les indices ! C’est donc une fin très bien trouvée et j’aime être surprise dans les polars puisque j’en lis pas mal.

Bref, j’ai savouré cette enquête ficelée de main de maître et je vous la conseille. Surtout que ce n’est pas qu’une enquête, il y a une réelle dimension donnée à Cormoran et Robin. Au fur et à mesure des livres nous découvrons des éléments de leur passé, qui les ont conduit à être là où ils sont aujourd’hui et qui ont forgé leurs caractères. Saga à lire donc autant pour les héros que pour les enquêtes, c’est dire !

608 pages, Ed. Grasset, Trad, F. Vidal, 2016.

Publicités

4 réflexions sur “La carrière du mal – Robert Galbraith

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s