Les perles noires de Jackie O. – Stéphane Carlier

Les_perles_noires_de_Jackie_O-Stephane_Carlier.jpg

Une bien jolie couverture et un roman annoncé comme une « comédie irrésistible », il n’en fallait pas plus pour que je me laisse tentée. Ayant envie d’une lecture détente, je me suis donc embarquée dans cette histoire de braquage rocambolesque

Petite présentation avec la 4ème de couverture : Gaby, la soixantaine déprimée, est femme de ménage dans les beaux quartiers new-yorkais. Un matin, elle trouve par hasard la combinaison du coffre-fort d’un de ses employeurs, un vieux marchand d’art fortuné. Décidée à mettre la main sur son contenu – et notamment sur un collier ayant autrefois appartenu à Jackie Onassis –, elle imagine un plan particulièrement audacieux. Seulement, cambrioler un appartement huppé de l’Upper East Side, c’est un peu comme plier un drap sans se faire aider, ça demande un certain entraînement…

Écouter les sirènes du marketing, ça ne marche pas à tous les coups. Autant je suis ravie de m’être laissée tentée par Station Eleven, autant ici j’ai l’impression que le livre a été sur-vendu. Qualifié de « pétillant », « malicieux », « drôle », je m’attendais à lire un roman qui me ferait rire, dans les veine des romans de  la Gilles Legardinier. Malgré le côté décalé de l’histoire, je n’y  ai pas trouvé la même dose d’humour ni la même finesse dans les personnages. Le scénario est bien ficelé, il y a des bons passages, des rebondissements mais pour moi ce livre est une lecture distrayante sans plus. Je suis restée imperméable au côté satire sociale du livre et certains éléments de l’histoire m’ont gênés par leurs côtés clichés, trop facile ou pseudo moralisateurs. Finalement, je lui trouve petit côté « réchauffé » dans la veine des récents romans du vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaires (qui ne m’avais pas transcendé non plu) et des autres à titre à rallonge qui ont suivi. Ou alors, je ne suis tous simplement pas réceptive aux aventures rocambolesque de sexagénaires… Bref, pour ma prochaine lecture, je risque fort d’aller me réfugier dans une de mes valeurs sûres.

416 pages, Ed. Le Cherche Midi, Mai 2016.

Publicités

Une réflexion sur “Les perles noires de Jackie O. – Stéphane Carlier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s