Jeux de Mirroirs -E. O. Chirovichi

jeux_de_miroirs-Chirovici.jpgLe bandeau, roman événement a attiré mon œil et l’idée développée dans la 4ème de couverture m’a plu. Un éditeur reçoit les premiers chapitres d’un manuscrit sur le meurtre d’un Professeur d’université, Psychologue reconnu. C’est une affaire qui a défrayé la chronique dans les années 80 mais qui n’a jamais été résolue. Intrigué, l’éditeur contacte l’auteur pour avoir la suite du manuscrit mais ce dernier vient de tomber dans le coma et pas moyen de trouver le texte achevé ! L’éditeur décide alors d’embaucher un journaliste pour tenter à nouveau d’élucider l’affaire et pouvoir finir le manuscrit !

J’ai vraiment bien accroché à la première partie de l’histoire où l’éditeur découvre et partage avec nous le début du manuscrit. J’ai eu plus de mal à entrer dans la 2ème partie où nous quittons le manuscrit pour suivre l’enquête redémarrée de nos jours par le journaliste embauché par l’éditeur. Il m’a fallut quelques pages pour me faire au changement de narrateur et d’époque. Ensuite, l’enquête du journalise rassemble différents témoignages de plusieurs protagonistes de l’affaire. Les divergences entre les versions des uns et des autres et celle décrit dans le manuscrit sont intéressantes mais à force on a l’impression de relire la même chose et le suspense essouffle. Finalement, j’ai trouvé que la vie personnelle du journaliste n’apportait pas grand chose. Je n’ai donc pas été déçue de le quitter quand est arrivée la 3ème partie du roman, qui fait place à un dernier narrateur. Ce procédé narratif est original mais d’une part ce changement m’a a nouveau demandé un effort dans ma lecture et d’autre part, on perd l’attachement au héros aux côtés duquel on a suivit l’enquête. On ne partage donc pas réellement sa satisfaction suite au dénouement de l’histoire. D’autant plus que ce dénouement est satisfaisant, mais assez court. L’auteur ne nous présente pas réellement les conséquences de celui-ci et j’ai eu le sentiment que tout n’avait pas été éclairci (notamment sur les mystérieux travaux de professeur, sur l’honnêteté de Laura, …).

Ma lecture a donc manqué de rebondissements et souffert de certaines longueurs et des changements de narrateurs. La fin de la 4ème de couverture annonçait une enquête délicate :  » […] de souvenirs en faux-semblants, celui-ci [le journaliste] va se retrouver pris au piège d’un maelström de fausses pistes. Et si la vérité n’était qu’une histoire parmi d’autres ?  » L’idée des souvenirs et faux-semblants était intéressante mais n’a peut-être pas été assez exploitée. En tout cas, je suis restée sur ma faim, il manque un coup d’éclat pour que ce roman soit réellement un livre « évènement ». Par contre, c’est bien un polar original, et une lecture agréable mais qui aurait pu être mieux dosé en suspense et plus percutant.

304 pages, Ed. Les escales éditions, Trad. I. Maillet, Janv 2017.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s