Shikanoko Tome 1 : L’Enfant du Cerf – Lian Hearn

Shikanoko_1_L'Enfant_du_cerf-Lian_Hearn Comme mentionné sur la jolie couverture de cet ouvrage, Lian Hearn est l’auteur du Clan des Otori, une fresque japonaise que j’ai beaucoup appréciée. Je me suis donc laissée tentée par sa nouvelle série orientée jeunesse, Shikanoko. Je l’avais mise dans ma sélection d’idées lectures pour la rentrée, le troisième tome étant fraichement paru et le dernier étant annoncé pour le 2 novembre.

Voici la 4ème de couverture :
Laissé pour mort dans la montagne, le jeune Shikanoko trouve refuge chez un sorcier qui lui fabrique un masque aux immenses pouvoirs magiques. Il devient «l’Enfant du Cerf». Il parlera aux fantômes et aux esprits protecteurs, il apprendra des hommes et des femmes les plus puissants, il connaîtra le raffinement, l’amour et les sentiments les plus purs, mais aussi la bestialité, la cruauté et les machinations politiques…

Sur papier c’était tentant mais j’ai eu du mal à entrer dans le roman. Il y a beaucoup de noms de personnage (il en changent même en passant à l’âge adulte), de domaines, de familles, de lieux, … Dur dur donc de s’y retrouver dans les premiers chapitres où l’on suit des personnages différents et où le temps défile. J’ai aussi trouvé le côté fantastique assez déroutant et j’ai donc eu du mal à y adhéré.

Pour ce qui est de l’intrigue, je pense que c’est un premier tome de mise en place. On découvre les différents protagonistes, leur passé, les évènements qui les ont forgés et les alliances en vigueur. Comme le titre l’indique, Shikanoko est le personnage central et l’on suit son évolution lorsqu’il découvre ses pouvoirs puis lorsqu’il décide ce qu’il veut en faire. Au cours de ce premier tome, il définira donc sa mission et en conséquence, l’identité de ses ennemis.

A la fin de ce premier tome, j’ai compris le titre du tome suivant « La princesse de l’automne » mais je n’ai pas été assez conquise par les personnages ou l’univers pour continuer cette histoire. Je n’ai pas adhéré à sa dimension fantastique et je l’ai trouvé trop violente. Les termes cruauté et bestialité du résumé sont justifiés car la violence ici n’est pas présentée comme choquante tant vis à vis des enfants que lorsqu’il s’agit de couper des têtes. J’ai également été interpellée par les relations charnelles du récit qui même si elles ne sont pas explicitées, sont nombreuses pour un livre jeunesse. Du coup, je me demande si c’est vraiment bien une série jeunesse « ado » et je passe mon tour pour les trois tomes suivants. Dommage.

336 pages, Ed. Gallimard Jeunesse, Trad. P. Giraudon, Janv. 2017.

 

 

Une réflexion sur “Shikanoko Tome 1 : L’Enfant du Cerf – Lian Hearn

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s