Je suis ton soleil – Marie Pavlenko

Je_suis_ton_soleil-Marie_PavlenkoJe poursuis la lecture de ma sélection de printemps avec le dernier ouvrage de Marie Pavlenko. J’ai lu et j’ai eu des coups de cœurs pour ses romans fantasy jeunesse la fille-sortilège et pour  la trilogie du livre de Saskia. J’ai également beaucoup apprécié les tomes 1 et 2 de Marjane. Avec Je suis ton soleil, changement de style car Marie nous propose un roman jeunesse ancré dans le réel.

Malgré ce changement d’univers, on retrouve bien la patte de Marie dont la grande force est de créer des héroïnes justes et attachantes. Voici comme la 4ème de couverture nous la présente : Déborah entame son année de terminale sans une paire de chaussures, rapport à Isidore le chien-clochard qui dévore toutes les siennes et seulement les siennes. Mais ce n’est pas le pire, non. Le pire, c’est sa mère qui se fane, et la découverte de son père, au café, en train d’embrasser une inconnue aux longs cheveux bouclés. Le bac est en ligne de mire, et il va falloir de l’aide, des amis, du courage et beaucoup d’humour à Déborah pour percer les nuages, comme un soleil.

Marie a créé une ado de 17 ans moderne, pleine de fraicheur et fan de lecture (elle a même tendance à se réfugier dans les livres). Cette fille à l’humour décapant et ses amis vont vous faire passer un agréable moment et vous réservent de savoureuses réparties. Au delà de ce côté lecture plaisante, le livre aborde différents sujets avec beaucoup de délicatesse. Déborah, la narratrice du récit va être confrontée à l’amitié, à l’amour, au suicide, au divorce, … Nous découvrirons ces sujets pas toujours léger à travers son regard.

Le ton du roman est réussi, tout comme les personnages et j’ai lu jusque tard dans la nuit pour finir cette histoire. C’est donc qu’elle m’a plu. J’avais deviné deux éléments majeurs de la fin mais cela n’a pas gâché ma lecture et côté bonne surprise, il y a eu un rebondissement inattendu au sujet de Mygal-Man que je n’avais pas vue venir. Étant plus chat que chien j’ai trouvé Isidore très contraignant mais il apporte une dose de folie supplémentaire à l’histoire et les passages sur l’éclair au chocolat ou sur l’accident du lit sont funs et m’ont fait sourire. Le seul petit bémol que j’ai a formuler concerne Elo la meilleure amie de Debo. Je trouve qu’elle a été très inconsciente (et ses parents aussi) et cette partie de l’histoire m’a donc laissée un peu dubitative. Le roman s’adressant à un jeune public, cet aspect de l’histoire doit être à visée pédagogique. Toutefois, comme cet évènement permet également de faire un très beau lien dans l’histoire, ça rattrape le coup.

En résumé, un livre plaisant, distrayant, amusant et abordant en même temps des sujets pas toujours évidents ! Dans le ton, je lui trouverait même un petit côté Gilles Legardinier version ado. Bref, même si je reste plus amatrice de Fantasy, Débo fut une belle rencontre.

Il ne me reste plus qu’à me tourner vers « La mort est une femme comme les autre », le roman de Marie Pavlenko pour un public adulte pour patienter jusqu’à la sortie de la suite de Marjane.

466 pages, Ed. Flammarion jeunesse, Mars 2017.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s